Au revoir, de l'abbé Loddé

Publié le par FSSP-Québec

C’est avec un très grand regret que nous avons appris officiellement le départ prochain  de notre bien-aimé pasteur,  monsieur l’abbé Guillaume Loddé, FSSP, recteur de la paroisse Saint-Zéphirin-de-Stadacona. L’abbé Loddé est parmi nous depuis quatre ans. Nous vous présentons, dans un premier temps, son "Au revoir". Un autre article suivra bientôt.

 

 

Abbe-Lodde.JPG

 

 

Au revoir !

 

L’hiver dernier, un directeur d’école en France a proposé à mes supérieurs qu’un prêtre puisse prendre la direction de son établissement. Nous y étions présents depuis une quinzaine d’années, assurant seulement l’aumônerie. L’ancien directeur, M. de Cacqueray aurait souhaité que la Fraternité s’investisse encore plus dans son école. Mais en raison du manque de prêtres nos supérieurs ont toujours refusé. Pour le bien de son établissement, il a pensé que le mieux serait qu’une communauté traditionnelle dirige l’école.

 

Evidemment, la situation était différente : il y avait là une occasion en or pour notre communauté. Le problème était de trouver un prêtre ayant déjà travaillé dans une école et susceptible de diriger un établissement scolaire. Il n’y avait malheureusement pas beaucoup de possibilité : nous sommes formés pour être dans des paroisses et non pour diriger des écoles. L’abbé Ribeton, supérieur du district de France, s’est souvenu de moi. L’abbé Berg, notre supérieur général, aurait préféré que je reste au Québec. Mais il faut croire qu’ils n’avaient pas d’autre choix. Les premiers contacts ont été pris le 17 février dernier.

 

La question que beaucoup se posent est : pouvais-je refuser? Oui bien sûr. Nous ne sommes jamais obligés de faire la volonté de Dieu. Mais comment prêcher l’obéissance aux enfants vis-à-vis leurs parents, aux adultes envers l’Église, aux séminaristes envers leurs supérieurs, si nous ne montrons pas l’exemple?

 

L’école de l’Espérance se trouve en Vendée. Elle accueille des enfants du CP à la Terminale, de l’apprentissage de la lecture (vers 6 ans) jusqu’à l’entrée à l’Université (18 ans). Les petites classes sont mixtes. A partir de 12 ans nous n’acceptons que les garçons. Une grande partie des élèves sont internes. Ils dorment à l’école du lundi au vendredi et retournent à la maison pour les fins de semaines. L’avantage de cette école est d’être sous contrat avec l’État. Les professeurs sont donc payés par la République française, ce qui évite aux familles de se ruiner. La limite de ce système est que nous ne sommes pas totalement libres dans le choix des professeurs et des programmes. Il faut donc ruser. Les postes clés sont néanmoins assurés par des personnes de confiance (histoire, français, biologie). Nous sommes parfois obligés d’enseigner des contre-vérités : à nous de rectifier. De toutes façons, un jour ou l’autre ils entendront des idées contraires aux leurs : autant que ce soit des gens bien informés qui leur expliquent et leur disent tout de suite le danger de certaines idéologies.

 

Mon rôle de directeur sera de coordonner l’ensemble de l’établissement. Il me faudra veiller au contenu de l’enseignement, encourager les professeurs. Une part importante de mon activité sera de voir à l’entretien des bâtiments et des 8 hectares de terrain. Mais l’essentiel sera de m’occuper des enfants, d’en faire de bons pères de famille et des futurs prêtres.

 

Je garderai un très bon souvenir de mon passage au Québec. J’aurais évidemment aimé rester encore quelques années. Mais il faut croire que le Bon Dieu a d’autres desseins. C’est l’occasion pour moi de vous remercier tous pour votre accueil, pour m’avoir entouré, soutenu et encouragé. Un grand merci pour tous ceux qui ont travaillé à l’établissement de la Fraternité à Québec et plus spécialement à Saint-Zéphirin. Vous avez été nombreux à apporter votre aide. Le succès de notre entreprise est à mettre à votre actif, car sans fidèles le prêtre ne sert à rien (du moins dans une paroisse).

 

Je me confie évidemment à vos prières. La tâche qui m’attend ne sera pas simple. Mais avec la grâce de Dieu tout est possible.

 

J’espère que vous garderez un bon souvenir de mon passage parmi vous. J’en profite pour demander pardon à tous ceux que j’aurais pu blesser, choquer, exaspérer. Je ne crois pas l’avoir jamais fait par malice.

  

  

 

Je vous garde dans mon cœur. En espérant revenir bientôt.

A Dieu.

Abbé Loddé

 

 

Commenter cet article